GHISLAIN POIRIER

INTERVIEW: GHISLAIN POIRIER: VOIR (CA)

NOUVEAUS VISAGES: GHISLAIN POIRIER
by Nicolas Tittley


"J'essaie de sortir du pattern", se plaît à répéter le compositeur Ghislain Poirier. En effet, rien de bien ordinaire dans le parcours de ce peintre fana de hip-hop, qui s'est lancé dans la production d'électro minimale avec son album Il n'y a pas de Sud, paru l'an dernier. Pas banal parce que le disque en question, un chaleureux ramassis de sonorités analogiques, est paru sur la très austère et cérébrale étiquette new-yorkaise 12k. Parce que Poirier, musicien autodidacte, délaisse la froideur du numérique pour des sonorités plus chaudes et imparfaites. "J'utilise un logiciel qui n'est même pas fait pour la musique et il y a souvent une espèce de décalage dans mes compos; les kicks sont souvent à côté du temps, et les échantillonnages que j'emploie proviennent de disques des années 60 et 70, qui sont bourrés d'imperfections sonores. Ça apporte une chaleur, un côté plus humain."

Ne vous attendez pas à découvrir des constructions faciles (en fait, les progressions rythmiques sont très lentes chez Poirier). "J'ai longtemps cru que ce qui m'attirait dans la musique électronique, c'était le beat; mais en réécoutant mes classiques, je me suis rendu compte que c'était la mélodie qui m'accrochait." De la mélodie, on devrait en trouver en abondance dans Sous le manguier, son deuxième album, qui devrait paraître à la fin de l'été sur intr_version, l'étiquette de son ami Mitchell Akiyama; et un troisième disque verra peut-être le jour peu après. En attendant, on pourra apprécier Ghislain live lors de la soirée Africa/America, présentée à la SAT le 20 avril.
Ghislain Poirier